Accueil
     News
     Rebouto-Réactivopathie
     Atlas-Axis
     Reboutologie Animale
     Psychologie Nutritionnelle
     Contact
     Usurpation de textes
     Temoignages
     Terminologie UE
     ASCA médecines douces
     Arbre Généalogique
     Galerie Photos
     Organigramme
     Site mieuxdanssapeau.info
     Site Rebouteux.info
     Elèves
     Flyers

 

 

 

  

 

   
 

 

REBOUTOLOGIE ET REBOUTEMENT

En voici la différence :

Reboutement
Massage ancestral basique et invasif essentiellement avec les pouces sur  la partie douloureuse par fort appui en bougeant la structure douloureuse. Le Reboutement comprend des manipulations. Il est nommé Reboutement Sauvage.

 

Reboutement PMF
Méthode de Reboutement modernisée, affinée mise au point par Michèle Fioletti pour éviter les manipulations et surtout ne jamais pratiquer le Reboutement Sauvage.

 

Reboutologie + Réactivologie®

Il s’agit d’un toucher non médical mis au point par Michèle Fioletti en 1985. La différence en est que la partie tendue sera travaillée à son pourtour. Ces gestes vont créer une réduction des tensions et rapidement une meilleure oxygénation des tissus environnants. Le mieux-être est rapide, dénué d’hématome et s’applique aussi bien aux enfants qu’aux personnes âgées.

L’élève acquiert automatiquement un toucher plus mesuré, plus doux. Il est éduqué à préparer l’endroit tendu ou à ne pas l’aborder.

 

www.devenir-reactivopathe.ch
www.acadnat.ch
reboutopathie@gmail.com


MAGIQUE

La Reboutologie® souvent enviée, copiée – mais jamais égalée. Ce terme a été créé par Michèle Fioletti, Fondatrice de la Reboutologie. Il ne figure pas dans le dictionnaire.              

Qu’est-ce que la Reboutologie ?


La Reboutologie est une méthode de massage ancestral modernisée par Michèle Fioletti, 3ème génération de rebouteux du côté mère. Mais aussi du côté père. La première école de Reboutologie fut fondée en 1990 en Suisse, précisément en Valais. La méthode ancestrale était excellente, mais méritait d’être affinée pour être mieux en accord avec notre temps. Les montagnards supportaient la douleur et les gestes brusques, mais les citadins les appréciaient moins. Le terme de reboutage fut remplacé par reboutologie et rebouteux par reboutologue, ceci pour marquer la modernisation. Grâce à ses études, ses recherches et ses 28 ans d’expériences, Michèle Fioletti a réussi à mettre au point une technique étonnante et accessible à tous grâce à l’enseignement de Michèle Fioletti.

Dans tous les cours de massages proposés, il n’était  jamais question du massage en profondeur comme nos anciens le pratiquaient. Aujourd’hui, des écoles fleurissent en proposant du reboutage et c’est justement cela que Michèle Fioletti voulait éviter : La propagation de gestes durs et invasifs pour le corps. Une méthode affinée qui allait permettre aussi d'échanger de bons procédés avec le domaine médical.

  Combien de thérapeutes actifs éprouvent le besoin d’aller plus loin dans leur travail. Que faire lorsque des points spécifiques tendus et douloureux persistent au toucher pourtant expert des thérapeutes concernés ?

  La Reboutologie résulte en une oxygénation, une réactivation, une libération des stases (amas de nerfs, de calcifications, de cristaux, de toxines collés et durcis pendant des années). Un travail en profondeur et toute une technique précise du geste et du mouvement qui s’apprend facilement grâce à l’enseignement de Michèle Fioletti. Frotter ou appuyer trop longtemps pourrait déclencher une irritation des tissus. Il s’agit d’un massage en appui tout en diffusant avec des gestes précis. Aucun écrasement, aucune manipulation. Un bassin déséquilibré se remet en un tournemain sans que le patient s’en aperçoive. Le principe est de prendre le nerf dans le mauvais sens pour qu’il vibre et qu’il s’oxygène. En appliquant le bon geste, le résultat est surprenant déjà après 10 minutes de traitement.

 Parcours                       

Tout a commencé de cette façon :

A 10 ans, Michèle Fioletti masse pour la première fois en l’absence de sa mère. C’est une voisine qui a un point très douloureux dans le dos et qui ne peut plus attendre. Elle lui dit ce jour-là : « Toi, Michèle tu peux me l’enlever ce point, ta mère m’a dit que tu savais faire ». Ce jour-là je me le rappelle comme si c’était hier. Je l’ai regardée un petit moment dans les yeux et après un instant de silence, je l’ai faite entrer. Je l’ai faite asseoir comme faisait ma mère. Je lui ai demandé d’enlever son pull seulement. J’ai posé mes petites mains sur son dos et je ne sais plus ce que j’ai fait. Après un petit moment, elle avait déjà moins mal.

  Qu’est-ce que le don

Le don c’est d’avoir dans ses gênes

- l’attirance pour le soin
- l’envie de participer à l’activité de ses parents de les admirer, de les regarder faire, de les écouter, de les imiter
- une grande sensibilité dans le toucher
- une facilité d’interpréter le ressenti aux bouts des doigts
- une facilité d’apprendre et d’enregistrer  

Tout ceci fait qu’à force de regarder faire,  j’ai adopté les mêmes gestes que mes ancêtres. Déjà, ils me demandaient de les soigner.

Par la suite, après mes études –  connaissant mieux le fonctionnement interne du corps – c’est devenu un automatisme de travailler plus finement les points douloureux. Je ne voulais plus que les gens crient de douleur. Le résultat pouvait être le même plus en douceur.

  Si les nerfs périphériques sont vibrés correctement, si les articulations sont travaillées en respectant leur configuration, si les points douloureux nommés « stases » sont décantés comme il se doit en Reboutologie®, c’est un massage qui ne fait pas mal.
 

 Imitation et malfaçon

Je ne voulais pas enseigner, mais à force qu’on me le demande, je me suis lancée.
J’ai ouvert le cours surtout  pour éviter que certains se mettent à imiter les rebouteux sans avoir jamais été proches d’eux. A l’époque – et aujourd’hui encore -  c’était le cas de bien des thérapeutes  qui voulaient à tout prix essayer de divulguer de tels soins. Pour arriver à transmettre cette façon de faire, il faut effectivement avoir été jour pour jour avec des rebouteux.
Aujourd’hui, certains veulent imiter la Reboutologie et même l’enseigner. Je leur conseille vivement de venir suivre le vrai cours. Ils auront le double de succès dans leurs consultations.
Il y a aussi d’anciens élèves qui essaient d’enseigner par appât du gain. Alors méfiance à toute personne vous proposant la Reboutologie.

La Reboutologie est protégée en 4 langues au niveau International. Seuls ceux qui ont signés la convention du droit d’utilisation du terme ont le droit d’employer ce terme. Il n’a été donné à personne le droit d’enseigner la Reboutologie. Michèle Fioletti forme des moniteurs pour l’aider. Ils sont choisis et triés sur le volet. Ils sont toujours étroitement en contact avec elle et des formations continues sont organisées régulièrement.

 Protection

A ce jour, des procès sont en cours pour emploi illicite du terme Reboutologie et contre ces thérapeutes qui font du tort à la méthode, car ils ne diffusent que des mélanges de techniques qui n’ont rien à voir avec la Reboutologie.

 Mes débuts

Lorsque j’ai repris les patients de ma mère, je suis restée 6 mois jour pour jour avec elle dans ses consultations. Je savais faire, mais je n’avais pas sa force et  son expérience. La méthode ancestrale demandait de la force. Avec la méthode moderne ce n’est pas nécessaire.
Je lui demandais donc : « Mais qu’est-ce que tu ressens en touchant ». Sa réponse fut : « Ma fille, si tu ne vois pas, ce n’est pas la peine de faire ».
J’avais compris qu’elle ne pouvait pas expliquer. Grâce à mes études, je suis arrivée à comprendre ce que l’on touche. Je le comprends si bien que j’arrive merveilleusement à l’expliquer.
 
 

Remonter en haut de la page


 

 

 

 
 

  Mentions Légales

© copyright 2018 – www.devenir-reactivopathe.ch